Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Ax Immo, Agence immobilière BORDEAUX 33100

L'actualité de CENTURY 21 Ax Immo

Bordeaux : "La Bastide devient un quartier prisé"

Publiée le 20/11/2014

Notre collaboratrice Caroline interwiewée par LA VIE DE L'IMMO:

 

Trois questions à Caroline Encina-Fichera, responsable des ventes - négociatrice pour l’agence Century 21 Ax Immo, avenue Thiers, à Bordeaux.

(LaVieImmo.com) - Quelle est la tendance sur la rive droite de la Garonne ?

Caroline Encina-Fichera : Le marché est dynamique. La rive droite a pu, par le passé, souffrir d’une mauvaise image de marque mais cette époque est bel et bien révolue. Les Bordelais n’hésitent plus à franchir le pont et les quartiers la Bastide et Cénon, par exemple, sont aujourd’hui très prisés.

Qui achète dans le quartier ?

Caroline Encina-Fichera : Tous types d’acquéreurs. On trouve dans le quartier des petites maisons avec jardin aussi bien que des appartements neufs, et notre clientèle est composée d’investisseurs autant que de ménages qui cherchent à se loger. Nous avons récemment vendu à un jeune couple un T2 de 51 m² dans une résidence récente pour 121 000 euros. A deux pas de l’agence, une échoppe de 70 m² avec travaux a trouvé preneur en une quinzaine de jours à peine, pour 165 000 €, sans négociation.

Est-ce fréquent ?

Caroline Encina-Fichera : Tout dépend des cas… Les biens se vendent vite s’ils sont mis en vente à leur juste prix. Les acheteurs sont très au courant et ils n’hésitent pas à négocier. Si les prix de mise sur le marché sont trop élevés, ils ne visitent même pas…

 

INTERWIEW cAROLINE

Notre actualité